L’intelligence collective : une solution pour soulager les agendas

Dirigeant d’une startup spécialisée dans l’intelligence collective, je suis régulièrement confronté aux réactions et interrogations de mon entourage quant à ce “métier” dont le “livrable” nécessite bien des explications. Mais, paradoxalement, c’est souvent dans un cercle amical ou familial que j’observe pour la première fois les tendances ou comportements annonciateurs des évolutions de notre marché. 

 

Un exemple avec cette « manager dans les assurances » que je rencontre à l’occasion d’un apéro (extérieur et autorisé). Au moment où j’évoque mon activité, elle me fait rapidement part de son scepticisme. « Mais enfin, ce n’est pas à nous de faire le travail de la direction. Pourquoi ferait-on leur travail alors qu’ils sont payés - et même grassement - pour ? ». J’avoue ma surprise et tente de comprendre les motifs de son rejet. Depuis plusieurs années, j’ai acquis la conviction que les salariés d’une entreprise (en particulier les générations Y et Z, mais aussi leurs aînés) souhaitent contribuer aux réflexions transverses de leurs entreprises. Que cette participation est même vitale pour trouver un sens à leur quotidien. Certes, chacun occupe une fonction précise, mais en réfléchissant avec des collègues à telle transformation ou tel plan stratégique, on développe une relation plus complète avec la finalité de l’entreprise et du collectif auquel on appartient. 

Alors pourquoi cette manager refuse-t-elle les expériences proposées par une direction visiblement ouverte à plus de transversalité ? 

« Participer à des réflexions transverses, oui. Mais le faire en plus d’un emploi du temps surchargé, il en est hors de question ! » me répond-elle.

Dans un monde où les visioconférences s’enchaînent sans pause, empiètent parfois sur le temps de déjeuner et imposent des horaires décalés pour assumer une part de production personnelle « hors réunion », cette manager, comme bien d’autres sont à bout. Alors quand leur direction les sollicite, en quête de créativité, de bon sens ou d’expérience, la lassitude prend le dessus sur tout autre sentiment ou volonté. L’intelligence collective est désirable, mais dans un cadre professionnel qui en garantit la mise en œuvre sereine. 

Cette discussion éclairante me revient en tête au moment où le dirigeant d’une société de conseil, spécialisé dans l’accompagnement des « grands comptes » me sollicite avec un angle complémentaire.

« Je conseille 2 sociétés qui opèrent un rapprochement stratégique et opérationnel. Il est essentiel que les membres des 2 comités de direction alignent leurs façons de faire, leurs pratiques managériales… mais ils sont débordés ! Lorsque je leur propose de mettre en place des ateliers d’une demi-journée, ils bottent en touche ! Est-ce que Stig.pro peut nous aider ? »

Nous conseillons régulièrement à nos clients, lorsque les parties prenantes impliquées s’y prêtent, de « mixer » les temps d’échange en ligne et des temps d’atelier. Mais il nous semble préférable, si tel est l’enjeu, de préserver le bien-être des salariés et la qualité des relations entre managers et managés. Si une solution d’intelligence collective peut permettre de recueillir une matière utile à la prise de décision tout en soulageant les agendas, alors oui, cet argument prend de l’importance. 

En quelques minutes d’interaction quotidienne (ou hebdomadaire, en fonction de la durée de la consultation), chacun peut contribuer à faire vivre pleinement l’intelligence collective de son équipe, de son service ou de son entreprise. Le temps d’animation d’une consultation est largement compensé par le gain de temps des salariés en général et des managers en particulier. 

Une expérience d’intelligence collective apporte bien plus que son rapport de synthèse. Elle offre un gain de temps, donc, mais développe aussi les relations entre des salariés qui ont peu le loisir de se rencontrer et fédère les énergies autour de plans d’actions plus légitimes, car portés par le collectif. Chaque jour, nous découvrons de nouvelles raisons d’activer l’intelligence collective et de nouvelles manières de procéder à son activation. 

Nous vous permettons d’innover au sein de vos entreprises ou organisations. Vous nous permettez d’innover en nous partageant vos ambitions, vos besoins ou tout simplement vos frustrations. L’intelligence collective est issue de la civic tech. Elle se construit ensemble, partout, tout le temps. Elle se transforme à l’écoute des émotions personnelles qui guident et inspirent toute démarche professionnelle. Au diable les cordonniers et leurs ampoules, celles de l’intelligence collective n’ont pas fini de briller. C’est grâce à l’intelligence collective que l’intelligence collective améliorera ses pratiques. 

Découvrez la solution Stig.pro à travers nos différents cas d’usage.

Publié le 17 June 2021 à 16:46:23 - (Modifié le 4 August 2021 à 17:29:53)